Candide de Voltaire vu par une étudiante (suite)

Pangloss était le précepteur de Candide. Il enseignait la métaphysico-théologo-cosmolonigologie à Candide qui écoutait ces leçons attentivement. Pangloss n'avait qu'une seule idée en tête qu'il se plaisait à répéter tout au long de l'histoire. Vers la fin du roman, Pangloss avoua qu'il avait terriblement souffert au cours de sa vie, mais continua quand même de soutenir son idée que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles. À la fin, Pangloss ne croyait plus en ces idées, mais il la soutenait toujours, car l'ayant soutenue une fois, il croyait bon de toujours la soutenir pour l'honneur parce qu'il ne devait pas vouloir avouer qu'il s'était trompé.

" Pangloss enseignait la métaphysico-théologo-cosmolonigologie. " Cette phrase trouvée dans le premier chapitre du roman est un parfait exemple d'ironie à la manière de Voltaire. Il utilise un terme très complexe pour désigner le métier exercé par Pangloss, qui tout simplement n'est qu'un précepteur. De plus, dans le mot métaphysico-théologo-cosmolonigologie on peut remarquer que le mot nigaud a été caché à l'intérieur de ce grand terme ce qui prouve une fois de plus l'ironie de cette phrase, car par cela, Voltaire exprime que ce que philosophait Pangloss était un peu idiot.

" Après le tremblement de terre qui avait détruit les trois quarts de Lisbonne, les sages du pays n'avaient pas trouvé un moyen plus efficace pour prévenir une ruine totale que de donner au peuple un bel autodafé. Il était décidé par l'université de Coïmbre que le spectacle de quelques personnes brûlées à petit feu, en grande cérémonie, est un secret infaillible pour empêcher la terre de trembler. " Par ce paragraphe du sixième chapitre, Voltaire nous démontre à quel point il trouvait stupides les idéologies religieuses de son temps. Il se moque des pratiques religieuses en exagérant les contextes dans lesquels on pratiquait ces cérémonies tout à fait inutiles et déplacées aux yeux de Voltaire. Voltaire au cours de sa vie, a toujours critiqué la religion. Par cet extrait il témoigne de son opinion au sujet des croyances, car il ridiculise complètement les rites religieux de son époque.

Finalement en lisant le roman on peut comprendre pourquoi Voltaire est encore aussi populaire de nos jours. Voltaire est encore à la mode tout simplement parce que ce qu'il dénonce dans Candide est encore très actuel. En effet, les problèmes, les guerres et les conflits religieux qu'il dénonce sont encore très présents dans la société. Il suffit de regarder les bulletins d'informations pour voir des guerres déclenchées seulement à cause des différences religieuses comme par exemple le conflit en Algérie. C'est exactement le genre de conflits que dénonce Voltaire à l'intérieur de son roman Candide. Voltaire est actuel et le restera, car ce qu'il dénonce sera toujours un sujet d'actualité tant que les gens ne comprendront pas qu'une guerre n'est pas la solution à tout et cela peut prendre encore des siècles.

Karine Cloutier
Étudiante en 5e secondaire
Polyvalente de Saint-Georges             Page d'accueil        Autres pages