Tentative d'ironie à la manière de Voltaire

Paragraphe premier


Comment le professeur vit l'intérêt que ses élèves portaient à la lecture de Voltaire.


Quand il annonça à la classe l'achat du roman, 23 élèves furent pris de convulsions. 3 filles des plus studieuses vomirent et 2 solides gaillards pleurèrent 27 heures d'affilée. Voyant cela, le professeur décida de commander 346 poutines, 237 pizzas dominos, combos et jumbos. Les élèves ayant mangé comme des animaux alimentés à la meunerie Lessard décidèrent qu'ils liraient sans plus tarder le roman le vendredi soir au lieu d'aller danser et boire de la bière sur la première avenue.

Paragraphe second


Comment le professeur endormit la classe un certain jour d'octobre.


Après une longue nuit où sa charmante compagne l'avait dérangé 233 fois pour des raisons qu'on devine, le professeur décida (pour se remettre de ses émotions) d'apprendre à ses élèves à argumenter d'une façon nestorienne, chronologique et logique sans devenir sidatique. Les fonctionnaires, en effet, avaient créé un nouveau jeu pour leur armée de 10,000 correcteurs blasés par la monotonie de leur travail. Ce jeu consistait à trouver au moins 3 arguments dans la lettre d'opinion des élèves de 5e secondaire. Après 73 minutes d'explications des plus ennuyantes, le professeur perdit la voix et rentra d'urgence à l'hôpital pendant que les élèves ronflaient à qui mieux mieux.

Paragraphe troisième


Ce qui arriva aux élèves pendant que le professeur agonisait.


Après 3 semaines de sommeil, les élèves apprirent la terrible tragédie de leur professeur dans le
Bla Bla Bla. Ce fut la consternation générale. On pleura, on jeûna, on commanda à l'abbé Poulin 327 messes. On fit le voeu d'argumenter sans arrêt ce qui avait le don de choquer les directeurs et les titulaires. On argumentait pour tout et pour rien. Un élève futé fit le décompte suivant: 22 arguments pour aller aux "chiottes", 17 arguments nestoriens pour aller à sa case, 19 arguments chronologiques pour 1 simple absence, 212 arguments logiques pour un devoir oublié. Seul le retour précipité du professeur miraculeusement guéri mit fin à cette argumentite. Les élèves, fous de joie, firent le serment de lire toute l'oeuvre de Voltaire durant la relâche de mars ce qui amena une joie inégalée dans le local 3200. Pour couronner le tout, Candide, lui-même, vint leur souhaiter un joyeux bal et les enjoindre de ne plus faire de fautes d'orthographe en 2999.

Page d'accueil     |     Autres pages