Jacques Rancourt (1942-...)

Délire poétique d'un étudiant qui finit son secondaire

Quand ils l'auront sonnée cette maudite cloche qui annonce l'heure de ce qu'on appelle la fin du secondaire
Qui fait que je n'aurai plus à me faire crier que je vais être en retard à l'école, qui fait que je n'aurai plus à me faire pleuvoir dessus ou à me faire geler à moins 40 degrés Celsius en attendant mon autobus jaune pis réussir à arriver tout en écrasant quelques secondaire 3 en me frayant un chemin à moitié endormi jusqu'à ma case ;

Quand ils l'auront sonnée cette maudite cloche qui annonce l'heure de ce qu'on appelle la fin du secondaire
Qui fait que je n'aurai plus à me faire enlever ma belle calotte ou mon beau voile sur la tête, pis à me faire regarder le nombril ou les tatouages par des profs déguisés en police religieuse et morale talibane en mal de victimes à lapider ;

Quand ils l'auront sonnée cette maudite cloche qui annonce l'heure de ce qu'on appelle la fin du secondaire
Qui fait que je n'aurai plus à me casser la tête avec des formules mathématiques compliquées que le prof comprend grâce à son corrigé ou ces énigmatiques profs de français qui nous font apprendre par coeur les beaux poèmes de Beaudelaire, Verlaine ou Rimbaud and these funny english teachers with their miraculous new software and lab who make me a bilingual student e por favor, gracias, buenos dias, o senor, a senora habla espanol, si, si, uno, dos, tres, cuatro, cinco, hablo espanol ;

Quand ils l'auront sonnée cette maudite cloche qui annonce l'heure de ce qu'on appelle la fin du secondaire
Qui fait que je n'aurai plus à déguster ces chères frites sèches, ou cette pizza à couper avec une chaîne-saw, sans parler de ces appétissantes, juteuses, croquantes rondelles d'oignons graisseuses qui vous lubrifient l'œsophage pour le restant de vos jours ;

Quand ils l'auront sonnée cette maudite cloche qui annonce l'heure de ce qu'on appelle la fin du secondaire
Qui fait que je n'aurai plus à entendre cette musique captivante, excitante, électrisante, mélodieuse qui sort de notre super radio rock détente étudiante, ou à montrer mes beaux et sensuels mollets à la piscine, pis à me faire quêter pour réparer les dégâts du party clos à Saint-Côme afin que notre chère Polyvalente adorée retrouve toute sa virginité bafouée ;

Quand ils l'auront sonnée cette maudite cloche qui annonce l'heure de ce qu'on appelle la fin du secondaire
Qui fait que n'arriveront plus à mes oreilles les mots : mon horaire, ton choix de carrière, mon éducation économique, ta morale le midi, ma chaise sur le bureau à 16 h, ton livre en retard à la biblio, mon échec en chimie et en physique, mes chiffres préférés, 514, 516, 424, 534, 512, 345,  524, ton agenda, ma nouvelle stagiaire, ton aide aux devoirs, mon absence, ta justification vraie, ben vraie, totalement vraie d'absence, mon infirmerie, ton cours de conduite, mon anglais enrichi, ton graphisme, ma bague, mon bottin, mon bal,  ma maman, mon papa, mon prof, mange de la marde

Quand ils l'auront sonnée cette maudite cloche qui annonce l'heure de ce qu'on appelle la fin du secondaire
Maudit que je serai ben
Maudit que je serai ben
Que je serai ben
Que je serai ben.



Jacques Rancourt
Monologue inédit

Page d'accueil     |     Autres pages