FRA516-19

Un corps de pierre venu du passé !

Depuis aussi longtemps que je me souvienne
Je crois toujours l'avoir connue
Chaque matin, au lever, elle me sourit
Elle a fière allure malgré son grand âge
Conservant sa mine radieuse et son port de reine
Sa svelte silhouette se dessine quotidiennement
Dans la rosée du matin comme dans les bourrasques hivernales
Comment fait-elle pour traverser le temps
Sans qu'aucune ride ne marque son beau visage ?

Lorsqu'elle regagne comme ce matin son port d'attache
Ses yeux posés sur la rivière s'animent, s'éclairent
Elle semble alors apprécier la vie comme on aime un air de musique
Avec ses dièses, avec ses bémols
D'ailleurs des sons s'échappent de ses lèvres
Suivant le flot de ses émotions
Elle chante si bien et si fort
Que souvent dans ses mélodies nous percevons la vie ou la mort

Depuis aussi lontemps que je me souvienne
Je crois toujours l'avoir connue
Avec son corps de bronze drapé d'une étoffe argentée
Avec son coeur d'or
Et ses yeux brillants comme des diamants de rosée
Comment ne pas la remarquer ? Comment l'oublier ?
Celle qui les jours de fête nous ouvre ses portes
Celle qui sans jugement hâtif acueille et comprend
La bienveillante confidente au visage avenant

Depuis aussi longtemps que je me souvienne
Je crois toujours l'avoir connue
Pourtant si pour certains la voir est rassurant
Pour d'autres elle se limite à un bâtiment
Mais pour tous elle reste depuis longtemps
Une église qui appelle l'émerveillement

L'église de Saint-Georges ouest
Redonne aux grands et aux moins grands
Un regard d'enfant.

Marie-Michèle

Page d'accueil     |     Autres pages