Sophie

Variable

Ta lugubre ascension en cet obscur tunnel
Sur les parois duquel se reflète ton âme
Rappelle à ma mémoire nos précieux duels
Et ravive en mon coeur la décroissante flamme
De notre Amour brûlé.

Sur mes parois de glace réfléchit ton âme
Qui échappe au contrôle de ma volonté
Tu quittes les eaux chaudes, emportant dans ton drame
Ce pour quoi le moteur de mes entrailles avait
Décidé de cogner.

Tu échappes aux contrôles et à mes volontés
Tu laisses sur ma foi en toi se dévider
Acide et arme blanche au tranchant trop soigné
J'ai froid, j'ai faim, j'ai mal et sans moindre pitié
Tu m'as abandonnée

Sur ma foi en toi une plaie s'est ciselée
Si seulement tu n'avais succombé qu'aux charmes
D'une sculpturale et envoûtante beauté
Mais les Moires ont tissé bien différente trame :
La soie du trépassé.

Tu t'endors, je t'abhorre, tu es mort.
Je m'éveille, tu sommeilles, je m'effraie.
De ton corps, de ton âme tu sors
Et, vermeilles, mes paupières saignent.

Je te hais, je te loue, te vénère et t'en veux
De ne pas m'avoir survécu.

Page d'accueil     |     Autres pages