Valérie

Attente

Quelque chose d'effrayant
Subsiste dans l'attente
Quand le téléphone ne crie pas pour moi.
J'imagine ta voix
Sur tous les murs en carton
De l'appartement
Je fume des cigarettes
Longues comme des autoroutes
Et je les écrase dans un cendrier
Ressemblant vaguement à mon cerveau obstrué.
J'attends comme une conne
Ta présence au bout du fil
Et j'ai si peur que tu ais pris ces ciseaux...
Est-ce toi qui as créé une coupure en moi?
J'attends suicidaire ta démarche dans mes yeux
J'attends comme on attend un autobus
J'attends au coin d'une rue inconnue
Plantée en 'nowhere' sur la carte géographique.
Je ne te dirai jamais que tu es mon amour.
Je préfère te dire
Va te faire foutre.

Page d'accueil     |     Autres pages