Stéphany

L'Antre de la nuit

De son souffle discret
Qui vous glace le sang
Qui se glisse aisément
Dans les moindres recoins
Des esprit insouciants

Pour que joie et gaieté
Disparaissent à jamais,
À présent remplacés
Par tristesse et néants oubliés

De son désir charnel
De sobriété éternelle
La nuit, dans son Antre
Maudira en silence
Toutes âmes mortelles.

Page d'accueil     |     Autres pages