Le professeur s'exprime...

À propos de l'éducation

société. C'est lui demander de se faire hara-kiri.
Jamais un aveugle ne fera un bon guide. Jamais l'homme inconscient ne pourra amener à la conscience son semblable. Jamais celui qui jase ne pourra parler. L'homme devra tout remettre en question. Est-il prêt à le faire? A-t-il peur de trop perdre? Est-il capable de se libérer du connu pour pénétrer dans l'inconnu? Commencer à se poser ces questions est déjà un pas dans une direction indiquant une certaine prise de conscience.

Ce travail sur soi est le plus important. Personne ne le fera à sa place. Viendra un jour où il ne pourra plus éluder cette démarche vers la conscience. Les souffrances vécues dans la solitude vont peu à peu transmuter cet individu. Il est impossible de les éviter, car le poids du passé est trop lourd. Rien ne sera épargné, car il s'est toujours baigné dans une eau qu'il croyait propre ou qu'on avait voulu lui faire croire propre.

Jacques Rancourt

Vouloir changer le monde, c'est se donner une mission. L'homme qui s'engage dans cette voie doit se préparer à vivre de grandes désillusions. Pourquoi? Parce que cette société dans laquelle baignent les individus ne peut donner à ces individus les conditions leur permettant de développer leur individualité, de devenir des personnes autonomes et libres.


Tenter de changer cette société passerait par tout un travail sur les individus.  C'est là que l'éducation viendrait jouer un grand rôle, car la société exige de ses citoyens un temps d'apprentissage dans ses écoles. Apprentissage de quoi? Eh bien! de tout ce qu'un honnête citoyen devrait posséder minimalement pour être fonctionnel dans cette même société.

Or, les écoles servent plus à domestiquer, à mouler l'individu qu'en faire un être conscient et créateur. Les enfants s'ennuient dans ces écoles régies par des normes et des conventions collectives. Cette société complexe, embourbée dans ses connaissances, vivant et créant les modes passagères ne peut donner à l'individu ce qu'elle ne possède pas elle-même: l'intelligence réelle, la lumière libératrice, la puissance créatrice, la vision réelle de l'homme, la dépolarisation de l'individu, la disparition des supports nuisibles à l'individu comme les idéologies, les valeurs, les philosophies, etc.
C'est vraiment en demander trop à la