La mentalité grégaire

Sans relâche combattre tout ce qui contribue à tuer l'individualité afin que jamais l'individu ne devienne un mouton parmi les autres, tout un travail pour celui ou celle qui oeuvre au développement de la personne.

Le mythe de la caverne de Platon illustre très bien comment il est difficile pour l'individu de se libérer du connu. Tenir des propos qui vont à l'encontre des croyances de la majorité mène à l'isolement de ses semblables. Ces derniers exigent constamment des preuves, prisonniers qu'ils sont de la polarité du vrai et du faux.

Il est vrai que cela exige du courage pour se démarquer, de prendre ses distances par rapport à tout ce qui vient de l'extérieur, mais c'est la seule façon de rester centrique, i.e. ne pas perdre son centre de gravité.

L'individu ne peut pas toujours se cacher derrière le paravent des croyances, des modes, des idéologies. Il doit répondre à ses propres questions sans rechercher une autorité quelconque pour rassurer son ego inquiet. Cela ne veut pas dire de ne pas regarder ce que communiquent d'autres humains. Il y a une grosse différence entre croire et regarder.

La mentalité grégaire est anathème au développement de la conscience individuelle. La seule protection de l'individu à la fin de ce millénaire sera de ne pas croire, car croire c'est se soumettre à une autorité autre que la sienne.

La race, la famille, la religion, tout contribue à mouler l'individu, à l'empêcher d'être dans sa propre identité. L'être différent dérange, mais il ne dérange pas pour le plaisir orgueilleux de créer des chocs. Il est différent parce qu'il agit selon sa vibration. Agir selon sa vibration sera le signe qu'il est à l'écoute de sa lumière, qu'il est branché sur l'intelligence universelle dont personne ne peut réclamer un droit quelconque de propriété.

Page d'accueil     |     Autres pages