Jacques Rancourt (1942-...)

L'américaine

Elle crie et hurle
Son corps titube
Elle, l'esclave de son gros
Un soir qu'il est à la taverne
Elle repense  à ce jour illusoire
de ses nôces
Qu'elle était belle
dans son inconscience
Fausse déesse d'un jour
Vampirisée
par ta société de consommation
qui contribue
à t'engraisser
tous les jours.

Brûler tes faux idéaux
Abdiquer devant le modèle
Reprendre ton territoire perdu
Découvrir ta puissance
Larguer le gros
qui t'annihile
Perdre tes kilos
à mesure que
ta conscience grandit
Non à l'américaine
Oui à l'humaine consciente

Jacques Rancourt
Poème inédit

Page d'accueil     |     Autres pages