Félix Leclerc (1914-1988)

L'alouette en colère

Le tour de l'île

J'ai un fils enragé
Qui ne croit ni à dieu
Ni à Diable ni à moi
J'ai un fils écrasé
Par les temples de la Finance
Où il ne peut entrer
Et par ceux des paroles
D'où il ne peut sortir

J'ai un fils dépouillé
Comme le fut son père
Porteur d'eau, scieur de bois,
Locataire et chômeur
Dans son propre pays
Il ne lui reste plus
La belle vue sur le fleuve
Et sa langue maternelle
Qu'on ne reconnaît pas

J'ai un fils révolté
Un fils humilié
Un fils qui demain
Sera un assassin

Alors moi j'ai eu peur
Et j'ai crié "À l'aide
Au secours quelqu'un"
Le gros voisin d'en face
Est accouru armé,
Grossier, étranger
Pour abattre mon fils
Une bonne fois pour toutes
Et lui casser les reins
Et le dos et la tête
Et le bec et les ailes
Alouette ah..........

Mon fils est en prison
Et moi je sens en moi,
Dans le tréfonds de moi
Pour la première fois, malgré moi,
Entre la chair et l'os
S'installer la colère.

Félix Leclerc

Page d'accueil     |     Autres pages

Pour supporter le difficile
Et l'inutile
Y a l' tour de l'île
Quarante-deux milles
De choses tranquilles
Pour oublier grande blessure
Dessous l'armure
Été, hiver,
Y a l' tour de l'île
L'Île d'Orléans

L'Île c'est comme Chartres
C'est haut et propre
Avec des nefs
Avec des arcs, des corridors
Et des falaises
En février la neige est rose
Comme chair de femme
Et en juillet le fleuve est tiède
Sur les battures

Au mois de mai, à marée basse
Voilà les oies
Depuis des siècles
Au mois de juin
Parties les oies
Mais nous les gens
Les descendants de La Rochelle
Présents tout l' temps
Surtout l'hiver
Comme les arbres

Mais c'est pas vrai
Ben oui c'est vrai
Écoute encore

Maisons de bois
Maisons de pierre
Clochers pointus
Et dans les fonds des pâturages
De silence
Des enfants blonds nourris d'azur
Comme les anges
Jouent à la guerre
Imaginaire, imaginons

L'Île d'Orléans un dépotoir
Un cimetière
Parcs à vidanges, boîte à déchets
U. S. parkings
On veut la mettre en mini-jupe
And speak English
Faire ça à elle, l'Île d'Orléans
Notre fleur de lyse

Mais c'est pas vrai
Ben oui c'est vrai
Raconte encore

Sous un nuage près d'un cours d'eau
C'est un berceau
Et un grand-père
Au regard bleu
Qui monte la garde
Il sait pas trop ce qu'on dit
Dans les capitales
L'oeil vers le golfe ou Montréal
Guette le signal

Pour célébrer l'indépendance
Quand on y pense
C'est-y en France
C'est comme en France
Le tour de l'île
Quarante-deux milles
Comme des vagues les montagnes
Les fruits sont mûrs
Dans les vergers
De mon pays

Ça signifie
L'heure est venue
Si t'as compris

« Le tour de l'île »
© Paroles et musique : Félix Leclerc
1997 Productions Alleluia


Page d'accueil     |     Autres pages