Michel Beaulieu (19341- 1985)

Mauvais jour

tout ce qui suinte de ce temps
l'orage aux dents le ventre exacerbé
la tête en faisceau sur la tendresse niée
tout ce qui se brise dans la voix
ces mots reflués
cette rancoeur dans les poumons
quand la fatigue nous rogne les sens
tout cela qui nous entrave
les arêtes fichées sous les aisselles
ce repli sur soi des petites occasions
tout ce qui transpire des murs
la chasse aux mouches au mois de mai
cette allusion à la mémoire
un arrière-goût d'amandes
parmi les oeufs de cyanure
tout ce qui échappe à notre entendement
ce jour quand il s'enchâsse
avec ses revêtements de plastique
dans nos respirateurs artificiels
cette nuit quand elle détend nos nerfs
tout ce qui aspire à l'oubli
bol de café reliefs appétit de sucre
plombages

tout ce temps passé à médire
cette fatigue cet émoi
tout ce qui se meut dans les chambres
percolateurs chats
en raréfiant le silence de l'éveil
tout cela cette conscience de soi
le jour qui vient s'apprête mal
noué dans ses propres parfums
tout ce qui s'épuise dans nos membres
l'oraison tatouée aux coins de l'âme
la vibration des télégrammes
le front se fixe ailleurs au monde
sassé de l'une à l'autre main
quand tu butines les téléphones
en portant là tes messages désarmés
tout ça tout
ça tout ça
tout ça

Michel Beaulieu
Oracle des ombres

Page d'accueil     |     Autres pages