Commentaires

"Ce n'est pas tous les jours qu'on raconte l'histoire d'un homme à deux têtes."
David G.

"Il faut lire entre les lignes pour bien assimiler le message que l'auteur veut nous donner."
Jean-François R.

"Je trouve qu'il laisse paraître trop ses idées de séparatiste dans le livre."
Antoine H.

"Un langage ouvert, une imagination débordante et des situations des plus embarrassantes."
Élisabeth D.

"Rempli d'un humour assez particulier, ce livre représente une découverte à faire. L'idée de créer un personnage bicéphale et d'exprimer leurs sentiments et opinions est des plus originales."
Karl B.

"Imagé à sa façon, l'auteur a sans doute voulu livrer un grand message que je qualifierais de subtil."
Isabelle S.

"Je conseille fortement cet ouvrage qui fait honneur à nos auteurs québécois à tout le monde qui ont le sens de l'humour."
Sonia J.

"Je suis prête à lire un autre de ses livres."
Lucie P.

"L'auteur réussit à donner son opinion sur le Canada et le Québec tout en racontant une histoire. Le Québec et le reste du Canada doivent être séparés l'un de l'autre. Si nous persistons à n'être qu'un pays, le Québec deviendra anglophone et sa culture disparaîtra."
Julie P.

"On embarque tellement dans l'histoire et c'est si bien écrit qu'on a vraiment l'impression que c'est une histoire vraie."
Sylvie B.

"J'ai trouvé la fin de ce livre plutôt surprenante."
Myriam B.

"Je crois que l'auteur a essayé de passer des messages dans son livre, mais je ne les ai pas compris."
Julien R.

"Les descriptions sont excellentes. C'est ce qui m'a donné encore plus le goût de lire ce roman."
Jean-Pierre P.

"Ce livre raconte la vie troublée d'un bicéphale vivant sous l'oeil avide des médias. Cet homme à deux têtes avait deux consciences et à eux deux ils étaient capables de bien des choses. Ils étaient capables de s'entendre, car il le fallait bien, mais nul n'est fait pour passer sa vie entière avec son frère. C'est pourquoi ils ont inventé la procédure pour se faire unicéphaliser. Cependant l'être unicéphal qui est ressorti de la longue et pénible opération n'est plus du tout le même."
Étienne B.