Le plaisir de lire

Les poèmes saturniens parurent en 1866. C'est le premier recueil de Paul Verlaine (1840-1896). Il les aurait écrits à l'âge de 16 ans, précédant, dans l'inspiration et le lyrisme Rimbaud, qui sera son ami et démon. On y trouve déjà tout ce que fera la fameuse « musique verlainienne », légère et sentimentale, l'art de ciseler la mélancolie, voire la tristesse de l'amour et du bonheur jamais atteints. Qualités et ton que l'on retrouve dans les délicieuses et fragiles Fêtes galantes (1869), un autre chef-d'œuvre de celui qui sera, malgré la déchéance de l'alcool,     

Les premières strophes de poèmes

RÉSIGNATION

Tout enfant, j'allais rêvant Ko-Hinnor,
Somptuosité persane et papale
Héliogabale et Sardanapale !

NEVERMORE

Souvenir, souvenir que me veux-tu? L'automne
Faisait voler la grive à travers l'air atone,
Et le soleil dardait un rayon monotone
Sur le bois jaunissant où la bise détone.

APRÈS TROIS ANS

Ayant poussé la porte étroite qui chancelle,
Je me suis promené dans le petit jardin
Qu'éclairait doucement le soleil du matin,
Pailletant chaque fleur d'une humide étincelle.

VŒU

Ah ! Les oaristys ! Les premières maîtresses !
L'or des cheveux, l'azur des yeux, la fleur des chairs,
Et puis, parmi l'odeur des corps jeunes et chers,
La spontanéité craintive des caresses !

LASSITUDE

De la douceur, de la douceur, de la douceur !
Calme un peu ces transports fébriles, ma charmante.
Même au fort du déduit parfois, vois-tu, l'amante
Doit avoir l'abandon paisible de la sœur.

MON RÊVE FAMILIER

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D'une femme inconnue, et que j'aime et qui m'aime
Et qui n'est, chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre, et m'aime et me comprend.

À UNE FEMME

À vous ces vers, de par la grâce consolante
De vos grands yeux où rit et pleure un rêve doux,
De par votre âme pure et toute bonne, à vous
Ces vers du fond de ma détresse violente.

L'ANGOISSE

Nature, rien de toi ne m'émeut, ni les champs
Nourriciers, ni l'écho vermeil des pastorales
Siciliennes, ni les pompes aurorales
Ni la solennité dolente des couchants.

CROQUIS PARISIEN

La lune plaquait ses teintes de zinc
Par angles obtus.
Des bouts de fumée en forme de cinq
Sortaient drus et noirs des hauts toits pointus.     

CAUCHEMAR

J'ai vu passer dans mon rêve
- Tel l'ouragan sur la grève, -
D'une main tenant un glaive
Et de l'autre un sablier,
Ce cavalier

Page d'accueil  Poèmes