Le plaisir de lire

God Dog Michoko est représentant en fruits et légumes. Il sillonne la France afin de prodiguer ses bons conseils à tous les gérants de supermarché. Il faut bien gagner sa vie… God Dog est aussi un écrivain qui aime un peu trop. Un peu trop sa femme et ses enfants, un peu trop les plaisirs et les délires de la vie. Un vrai cœur de cannibale.
Et puis il rencontre Neige, cette saxophoniste noire qu'il a vue pour la première fois dans une boîte de jazz et qu'il reverra (…)

Premiers paragraphes

Des pluies inconsolables s'étaient abattues depuis huit jours sur le Far West français. Le vent de la Manche soufflait pleine gueule. Y avait des gros trous dans la nuit avec des loups et des os dedans. Pour être dehors par des temps pareils, fallait être soit un assassin, soit sa victime. J'étais les deux.

- God Dog! Tu parles d'un surnom! Ça fait bizarre. On dirait une star de la boxe ou une nouvelle marque de saucisse. Mais finalement ça te va plutôt bien.
- Qu'est-ce que tu parles bien aux hommes!

J'avais retrouvé Nelly dans un resto vers le cap de La Hague, elle habitait une petite ville dont le nom finit par -ville, à peu près vingt-cinq kilomètres à l'ouest de Cherbourg. Elle était maîtresse d'école et garçon manqué. Elle avait des cheveux courts auburn, des taches de rousseur et le feu au cul typique des femmes dans la trentaine sans enfant. On s'était descendu une soupe de poisson et une assiette d'insectes de mer, on les avait tous noyés dans le muscadet, puis Nelly m'avait invité sur son char pour une ballade nocturne à la mer. La pluie s'était calmé les nerfs cinq minutes.

- J'adore la mer en pleine tempête! C'est trop! Ça fait peur.
- Le temps de larguer l'addition puis on se mutine ensemble, ma capitaine !

Son trois-mâts était en fait un 4 x 4 Cherokee tout-terrain avec une galerie sur le toit, le modèle utilisé en pub pour vanter des cigarettes viriles ou des capotes. La nuit portait du gros nuage lourd et des bijoux pleins d'éclairs. Les phares du Cherokee avaient un coefficient d'éclairage avoisinant le nul.

- Je vais te montrer un coin délirant. On y est presque. Comment trouves-tu le printemps en Normandie ?

- Tais-toi et rame.

On était quelque part au début des années quatre-vingt-dix. Les années bidon. Du temps où j'exerçais la sublime profession de conseiller spécialiste pour le compte du Cerveau technique interdémentiel des fruits et légumes. Le célèbre CTIFL. Je partais toute la semaine d'un bord à l'autre du pays : voiture de fonction, hôtels tristouilles et stages de formation professionnelle. En résumé, j'expliquais consciencieusement aux chefs de rayon de supermarchés comment vendre des FL en pagaille pour s'envoyer un max de marge brute dans le cash. Comment jongler avec le crédit fournisseurs et les frais de personnel afin de bien flasher aux yeux du sous-boss et du grand boss. Du fric, bordel de merde, du fric! Moi, God Dog Michoko, le formateur de gestionnaires dynamiques. Moi, le gourou de centre commercial. Moi qui n'avais jamais été foutu de ma vie entière de vendre un seul brin de persil.

Page d'accueil  Romans du Québec