Page d'accueil                Pourquoi un trait d'union ?               Ponctuation   

Retour au sommaire


Le trait d'union

Comme son nom l'indique, le trait d'union, qu'il ne faut pas confondre avec le tiret, sert à unir deux ou plusieurs mots:
-
arrière-grand-père, c'est-à-dire, trente-deux...

Le trait d'union a également fini par remplacer l'apostrophe dans certains mots:

-
grand-mère, grand-route...
(qu'on écrivait autrefois: grand'mère, grand'route... ; cette orthographe n'est plus admise).

Le trait d'union est utilisé:

* dans
les noms composés

* dans
les adjectifs numéraux

* dans
les adjectifs de couleur

* dans
les expressions formées avec ci et là
-
ci-après, ci-contre, ci-dessous, ci-dessus, ci-devant, ci-inclus, ci-gît, de-ci de-là, par-ci par-là, là-bas, là-dessous, là-dessus, là-haut, là-dedans, jusque-là...

-
celui-ci, celle-là...
-
ce mois-ci, ce jour-là...

mais : deçà delà, çà et là, par là, par là même...

*
dans les expressions composées de dessus, dessous, devant, derrière, dedans, dehors, deçà, delà..., si elles sont précédées de au ou par:
-
au-dehors, par-dessus...

mais si le premier élément est
en, on écrit l'expression sans trait d'union:

-
en dehors de, en deçà...

*
dans la liaison avec l'adjectif même
-
moi-même, eux-mêmes...

*
dans la liaison du verbe avec le pronom
-
est-il venu ? écris-moi, allons-y, parlons-en, chantera-t-il ?
- vas-y, donnes-en

*
dans la liaison des adjectifs demi et nu
-
demi-heure, nu-tête...

- aller
nu-jambes, marcher nu-pieds...

*
dans la formation des mots composés avec non, si le deuxième élément est un nom ou un verbe
-
non-lieu, fin de non-recevoir...

mais : devoir non achevé, non seulement...
nonchalance, nonobstant, nonpareil.

*
dans la formation d'expressions avec certains préfixes
-
électro-aimant, hydro-électricité...

L'apostrophe et l'élision

L'apostrophe est un signe qui s'emploie pour remplacer la voyelle élidée devant la voyelle initiale ou le h muet du mot suivant:
-
l'automobile, l'homme, l'hyène, s'il (si il), ç'a (ça a).

mais : la honte (h aspiré),
       l'ouate ou
la ouate,
       l'ouistiti ou
le ouistiti

L'absence d'élision est de règle devant
- le oui, je crois que oui
- le onzième
- le
ululement
- le
yaourt, le yacht, la yole, le yoga, le youyou...

Cas particuliers
Jusque, jusques
L'e de jusque s'élide devant une voyelle:
-
jusqu'à, jusqu'ici...

Jusque s'écrit quelquefois avec un
s à la fin, surtout en poésie:
-
jusques à quand...

Lorsque, puisque
L'e de lorsque (et de puisque) ne s'élide que devant il, elle, on, un, une, en.

Parce que
L'e de parce que ne s'élide que devant il, elle, on, un, une, à.

Presque
L'e de presque ne s'élide que dans presqu'île.

Quoique
La conjonction quoique s'écrit en un seul mot (sens de bien que, encore que) ; l'e de quoique ne s'élide que devant il, elle, on, un, une.

Quelque
L'e de quelque ne s'élide que devant un ou une
.
Source : BOF de Marc Goldstein